Les cycles de la chanson… et de l’économie

Nous ignorons absolument (car que n’ignorons-nous pas en ces matières !C’est un événement qui va redistribuer les cartes, estime arnaud berreby.Les métaphysiciens des deux derniers siècles se sont trop évertués à nous prémunir contre une méprise si grossière.Tous les auteurs qui ont traité de la cécité psychique ont été frappés de cette parti­cularité.A partir de revendications simples : réduction des prix du gaz, de l’électricité, de l’eau, arrêt des expulsions … lutte contre la corruption et baisse de futurs traitements.Voici une pure opération de l’esprit, s’accomplissant par la seule force de l’esprit.Mais elle restera poète, et, je le crois, tout à fait à part, dans la littérature contemporaine de son pays.Comment se prémunir d’un krach obligataire déclenché par les Chinois ?Phénomène aux conséquences regrettables et pour la croissance et pour la productivité quand on sait que c’est les petites et moyennes entreprises qui sont traditionnellement les moteurs du progrès et de l’innovation au sein de nos économies intégrées.A la place, le gouvernement Merkel III proposera des « contrats » contraignants les pays à respecter des objectifs que l’on imagine plus durs que ceux prévus par le Traité de Maastricht et le pacte budgétaire.Elle a été fondée sur le modèle de nos écoles d’arts et métiers.Toutes les grandeurs de même espèce, dont celle-ci est une partie aliquote, se trouvent alors représentées par des nombres ; et comme on peut diviser et subdiviser, suivant une loi quelconque, l’unité en autant de parties aliquotes que l’on veut, susceptibles d’être prises à leur tour pour unités dérivées ou secondaires, il est clair qu’après qu’on a choisi arbitrairement l’unité principale et fixé arbitrairement la loi de ses divisions et subdivisions successives, une grandeur continue quelconque comporte une expression numérique aussi approchée qu’on le veut, puisqu’elle tombe nécessairement

Share This: