Qui sera le dindon de la farce des « Pigeons » ?

En passant de la perception pure à la mémoire, nous quittions définitivement la matière pour l’esprit.Il n’y a pas de mot plus profondément vrai que celui de Rousseau : « Il faut beaucoup de philosophie pour observer ce qu’on voit tous les jours.Mais il faut expliquer pourquoi elle peut commander absolument, et comment elle se fait alors obéir.Pour y parvenir, nous devons travailler sur les conditions sociales d’une véritable transversalité et d’une communauté en information.La Turquie, un autre pays qui a perdu son étoile, s’est également appuyé sur d’importants déficits annuels de ses comptes courants, atteignant 10% du PIB en 2011.Dans son livre, Christian Navlet,décrit parfaitement cette évolution.Dans le cas de l’euro, « sacrifier la monnaie » serait accepter qu’il s’érode par le biais d’un taux d’inflation raisonnable, afin de relancer la demande.Même souplesse.Puis, par la communi­cation sympathique qu’elle établira entre nous et le reste des vivants, par la dilatation qu’elle obtiendra de notre conscience, elle nous introduira dans le domaine propre de la vie, qui est compénétration réciproque, création indéfi­niment continuée.On stigmatise des patrons obtus ou des actionnaires voraces qui n’auraient que l’obsession du court terme, ne comprendraient rien aux enjeux de la R&D et seraient incapables de monter en gamme ou d’exporter davantage… Au cours des derniers mois, ces sermons adressés aux activités en difficulté, industrielles en particulier, ont redoublé.Si le changement est continuel en nous et continuel aussi dans les choses, en revanche, pour que le changement ininterrompu que chacun de nous appelle ‘moi’ puisse agir sur le changement ininterrompu que nous appelons une ‘chose’, il faut que ces deux changements se trouvent, l’un par rapport à l’autre, dans une situation analogue à celle des deux trains dont nous parlions tout à l’heure.Elle est bien plus subtile qu’on ne le pense: ainsi elle ne justifie pas la concurrence partout et tout le temps.Au total, plus d’un poisson ou crustacé sur deux consommé en Europe est importé, principalement en provenance de la Chine ou de la Norvège.

Share This: