Comment concilier compétitivité et équité

Il suffit d’observer ce qui se passe sous nos yeux dans les petites sociétés qui se constituent au sein de la grande, quand des hommes se trouvent rapprochés les uns des autres par quelque marque distinctive qui souligne une supériorité réelle ou apparente, et qui les met à part.Pourtant, l’efficacité, la légitimité et la « praticabilité » du dispositif envisagé par la proposition de loi sont discutables.Deux voies s’ouvrent à l’éducateur.Aujourd’hui, la France ne dispose encore, dans ce domaine pourtant  » stratégique « , que d’une capacité embryonnaire.Un délire, une hallucination, une idée fixe sont des faits positifs.On ne peut guère le leur reprocher.Actuellement, la législation nationale française considère comme des placements privés les opérations d’un montant total inférieur à 100.Ils y échappèrent et à cette heureuse circonstance tient l’épanouissement actuel des formes les plus hautes de la vie.Mais alors, la structure de l’esprit restant la même, l’expérience acquise par les générations successives, déposée dans le milieu social et restituée par ce milieu à chacun de nous, doit suffire à expliquer pourquoi nous ne pensons pas comme le non-civilisé, pourquoi l’homme d’autrefois différait de l’homme actuel.Ce constat ne peut qu’ébranler la notion même de « Safe Harbor » et remet en cause le lien de confiance instauré entre les ressortissants européens et les entreprises américaines.Nous nous donnions le métal pur, et nos efforts ne tendaient qu’à reconstituer le minerai.L’ambiance est détendue et le ticket d’entrée modéré. On mange des donuts plutôt que des petits-fours, et le costume-cravate est proscrit », avertit Arnaud de Lummen.Il est de ceux, — nous en connaissons tous de pareils, — qui ont mis toute leur vie, toutes leurs pensées dans le métier, passionnés, méticuleux et presque toujours excellens avec des allures terribles.

Share This: