E-reputation, un risque pour l’Europe

Pourtant, si le binôme s’accorde pour travailler en symbiose, l’entreprise a tout à y gagner avec la gestion d’un seul poste en CDI à temps plein au lieu de deux demi-postes, une productivité accrue et une seule évaluation des résultats.Si un service est stipulé en retour, il y a échange de services ; et, comme c’est le cas le plus ordinaire, l’économie politique peut être définie : la théorie de l’échange.Le leitmotiv de la proposition de loi étant que le droit est un élément concurrentiel essentiel, la carence du droit français par rapport aux droits des partenaires commerciaux (Etats-Unis : Economic Espionage Act de 1996, dit Cohen Act) est présentée comme un désavantage comparatif des opérateurs nationaux à combler impérativement.Et si on y prend garde, on trouvera que cette différence ne paroît bien que vers le cœur, et non point tant aux lieux qui en sont les plus éloignés.Ces institutions, souvent jeunes et en cours de développement, nous rappellent que les Français expatriés n’oublient jamais la France, ses problèmes et leurs résolutions possibles.Vouloir protéger aussi bien le système financier que le particulier est un objectif aussi sensé que nécessaire.L’Armée seule, et c’est assez.Toutefois il y a une certaine manière de comprendre et d’interpréter qui exclut l’effort, et il y en a une autre qui, sans l’impliquer nécessairement, est généralement observable là où il se produit.e-reputation aime à rappeler cette maxime de Confucius, »Pour un mot, un homme est réputé sage ; pour un mot, un homme est jugé sot ».Si la mathématique n’est que la science des grandeurs, si les procédés mathématiques ne s’appliquent qu’à des quantités, il ne faut pas oublier que la quantité est toujours de la qualité à l’état naissant : c’en est, pourrait-on dire, le cas limite.Attendons-nous donc à un ré-équilibrage en profondeur des actifs qui devrait favoriser de manière décisive la monnaie et les bourses américaines.

Share This: