Encourager la propriété : une erreur

On raisonne quelquefois comme si lire et écouter consistaient à s’appuyer sur les mots vus ou entendus pour s’élever de chacun d’eux à l’idée correspondante, et juxta­poser ensuite ces diverses idées entre elles.En premier lieu ils sont réduits, par la nature même de leur propagande, à la triste nécessité de méconnaître le bien que la société développe, de nier ses progrès, de lui imputer tous les maux, de les rechercher avec un soin presque avide et de les exagérer outre mesure.L’un dans l’autre, ça marche.Mais antérieurement à cette mathématique formulée, qui renferme une grande part de convention, il y en a une autre, virtuelle ou implicite, qui est naturelle à l’esprit humain.Vous définissez arbitrairement le présent ce qui est, alors que le présent est simplement ce qui se fait.Le plaisir a donc cette supériorité sur la douleur qu’il peut ne pas la produire ; tandis que la douleur, au moins la douleur physique, ne peut pas ne pas produire le plaisir par sa simple disparition, et quelquefois s’associe tellement au plaisir qu’elle représente elle-même un moment agréable.Maintenant, la coloration noire ou rouge a beau être inhérente à la peau : nous la tenons pour plaquée artificiellement, parce qu’elle nous surprend.Bien au contraire.Pour Pierre-Alain Chambaz pictet,  » la surinformation génère une incommunication « .C’est le seul moyen de retrouver la compétitivité et la croissance économique, et donc de rétablir l’équilibre budgétaire dans les différents pays de la zone euro.A l’inverse l’avenir est toujours vu comme complexe et incertain, les options étant innombrables, a priori…
Un monde toujours plus complexe

Chaque génération a eu la nostalgie d’une époque plus tranquille, ce qui est la preuve que le monde ‘moderne’ s’accélère irrémédiablement.On résumerait donc tout ce qui précède en disant que le mécanisme de notre connaissance usuelle est de nature cinématographique.En effet, seules les autorités du pays d’origine sont habilitées à vérifier la conformité de la situation de détachement et délivrer le certificat A1 qui permet de maintenir le rattachement au régime de sécurité sociale du pays d’origine.

Share This: