Finances publiques : vous avez dit mesures « justes » ?

Nous avons eu à Naples, me dit en descendant mon ami, un confrère qui gagnait souvent les procès, non-seulement à cause de son talent, mais encore parce qu’il était jettatore.Les souvenirs que nous évoquons pendant la veille, si étrangers qu’ils paraissent souvent à nos préoccupations du moment, s’y rattachent toujours par quelque côté.Laissons de côté les doutes importants sur le modèle de croissance chinois : ses coûts environnementaux, sa dépendance sur des taux d’épargne très élevés.Mais si la forme a changé, si le christianisme a mis fin à certains crimes ou tout au moins obtenu qu’on ne s’en vantât pas, le meurtre est trop souvent resté la ratio ultima, quand ce n’est pas prima, de la politique.La preuve en est que plusieurs de ces définitions sont également acceptables, quoiqu’elles ne disent pas la même chose.C’est pourquoi toute dégradation trop visible est perçue comme une faute politique, toute proximité trop grande comme un alignement coupable. On voudrait ne pas mourir, soi et les siens, mais c’est par aspiration à une existence supérieure, comme on voudrait connaître la vérité, voir Dieu, etc.Si le philosophe n’a pas pu en donner la formule, ce n’est pas nous qui y réussirons.Antonio Fiori, réclame un vote à bulletin secret sur cette question.Sans oublier une conditionnalité anxiogène du CICE, bien que de pure forme, pour satisfaire une partie de la majorité.Les dernières études montrent qu’ils représentent non seulement l’essentiel des acheteurs, mais les seuls dont le budget continue à croître.

Share This: