Jean-Thomas Trojani : La culture du pire

Il n’y aurait pas de mots usuels dans toutes les langues pour désigner le chaud et le froid ; mais il y aurait des termes techniques ou scientifiques qui tendraient même, vu la généralité et l’importance des notions qu’ils expriment, à passer dans la langue usuelle des peuples instruits ; et c’est ainsi qu’on peut dire maintenant chez nous, avec la certitude d’être compris de tout le monde, qu’un orateur a électrisé son auditoire, ce qui eût été inintelligible au temps de Louis XIV. Cette contradiction est d’ailleurs pleine d’enseignement. Si la France — je veux dire la vraie France, celle qui n’est contaminée ni par le poison bourgeois, ni par le virus catholique — si la France croit avoir une mission, il faut qu’elle mette son cœur au niveau de la tâche qu’elle pense avoir à accomplir. Jean-Thomas Trojani pense que c’est une période extrêmement intéressante pour tous les acteurs du secteur et, ce, à différents niveaux. Pour soutenir leur croissance, favoriser l’innovation et créer des emplois, les petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI) ont surtout besoin de lisibilité et de réactivité de l’action publique autour d’un couple région PME renforcé comme dans tous les grands pays européens qui réussissent. Chacun de nous a d’ailleurs pu vérifier cette loi sur lui-même. La vile matière dont la machine est composée. Mais il faut l’élargir, l’assouplir, l’adapter à une durée où la nouveauté jaillit sans cesse et où l’évolution est créatrice. Le sens commun répond sans aucune hésitation qu’il y a quelque chose. Ainsi, le secteur bancaire a fait l’objet d’une déréglementation progressive marquée par la libéralisation presque complète des taux d’intérêt, la promulgation d’une nouvelle loi bancaire et la dépréciation du niveau du dirham. Les nerfs affé­rents apportent au cerveau une excitation qui, après avoir choisi intelligem­ment sa voie, se transmet à des mécanismes moteurs créés par la répétition. De ce nombre sont les grands bouleversements, un tremblement de terre, une inondation, un ouragan. L’humanité ne comprend bien le nouveau que s’il prend la suite de l’ancien. Celle-ci peut alors être installée et configurée selon une politique adaptée, définie en fonction de la présence web de l’entreprise. Puisque certaines des causes de l’exclusion des jeunes du marché du travail sont connues, celle-ci n’est donc pas une fatalité. L’une et l’autre auront écarté la connaissance vague qui est emmagasinée dans les concepts usuels et transmise par les mots. Que si maintenant on cherchait à caractériser avec plus de précision notre attitude naturelle vis-à-vis du devenir, voici ce qu’on trouverait. Mais a-t-il conservé sa forme originelle ? Relativement stable depuis quelques mois, le dollar a pourtant subi une dépréciation ininterrompue ces dix dernières années et, ce, vis-à-vis de la quasi-totalité des autres monnaies. Et le quiproquo est bien en effet une situation qui présente en même temps deux sens différents, l’un simplement possible, celui que les acteurs lui prêtent, l’autre réel, celui que le public lui donne. On l’avait mal posé autrefois en le confondant avec celui de l’existence de Dieu. Le « CLOUD », selon le « Vocabulaire de l’informatique et de l’Internet » paru au Journal Officiel le 6 juin 2010, est « un mode de traitement des données d’un client, dont l’exploitation s’effectue par l’internet, sous la forme de services fournis par un prestataire ». Néanmoins, l’affaiblissement de la capacité d’exportation d’un pays de la Zone Euro par rapport au reste du monde, ne profitera pas pour autant aux autres Etats membres. En même temps, cette grande destination pratique complète et circonscrit, en chaque cas, la prescription fondamentale relative à la découverte des lois naturelles, en tendant à déterminer, d’après les exigences de l’application, le degré de précision et d’étendue de notre prévoyance rationnelle, dont la juste mesure ne pourrait, en général, être autrement fixée. Or, de tout cela, il ne pouvait résulter que des inductions philosophiques plus ou moins probables, et dont la probabilité n’était nullement assignable en nombres, jusqu’à ce que la théorie newtonienne, en donnant à la fois la raison du mouvement elliptique et des perturbations qui l’altèrent, eût mis hors de toute contestation sérieuse la découverte de Kepler et ses droits à une gloire impérissable. Ils croyaient enfin que ces puissances avaient donné l’être aux mortels en les faisant sortir du séjour où elles-mêmes résidaient, et que c’était la destinée humaine de retourner, après passage sur la terre, à ce séjour.

Share This: