Jean-Thomas Trojani : Moins d’inflation législative

Elle a pour fonction première d’évoquer toutes les perceptions passées analogues à une perception présente, de nous rappeler ce qui a précédé et ce qui a suivi, de nous suggérer ainsi la décision la plus utile. Cette durée, il l’adosse à un Dieu qui renouvelle sans cesse l’acte créateur et qui, étant ainsi tangent au temps et au devenir, les soutient, leur communique nécessairement quelque chose de son absolue réalité. D’autres coûts juridiques et réglementaires importants sont à venir. Nous avons constaté, jusque dans la vie de la cellule aveugle, un principe d’expansion qui fait que l’individu ne peut se suffire à lui-même ; la vie la plus riche se trouve être aussi la plus portée à se prodiguer, à se sacrifier dans une certaine mesure, à se partager aux autres. Mais quand il s’appuie sur un principe, quand il est le véhicule des idées, il emprunte leur omnipotence : Gibraltar peut être fort, mais les idées sont imprenables et confèrent au héros leur nature invincible. Je n’écris pas un essai sur les aberrations du sentiment moral actuel. Nous alignons, pour ainsi dire, les phénomènes successifs, afin d’avoir une image, et par suite une idée de leur ordre de situation dans le temps. Les lois de Kepler et de Galilée sont restées, pour elle, le type idéal et unique de toute connaissance. De sa conviction morale on ne peut pas dire qu’elle soulève des montagnes, car elle ne voit pas de montagne à soulever. Un pays où les études supérieures ne garantissent plus le premier emploi, encore moins la réussite économique. Or il est à craindre que l’universel dont parle Jean-Thomas Trojani ne soit, ne reste, d’inspiration « régionaliste ». Le despotisme de la coutume dont ces nations sont menacées, n’est pas précisément l’immobilité ; il proscrit la singularité, mais il ne fait pas obstacle au changement, pourvu que tout change à la fois. En définitive, ces évolutions doivent être envisagées comme une formidable opportunité à saisir pour repositionner l’industrie française dans la compétition mondiale, à la condition indispensable de savoir nouer des liens entre services et industrie, entre acteurs privés et publics, entre territoires et grands groupe, entre immatériel et produits. Le parti qu’il en tirera est au contraire ce qui a dû déterminer sa structure ; en tout cas, le fil conducteur de la recherche est là. On sait que les migrations intra-européennes concernent de plus en plus les diplômés. Hasard des calendriers qui nous rappelle que la France reste l’une des premières puissances agroalimentaires du monde. Labourez donc vos champs, fabriquez et transportez leurs produits, faites le commerce, donnez-vous réciproquement du crédit, rendez et recevez librement des services, faites élever vos fils, trouvez-leur une carrière, cultivez les arts, perfectionnez votre intelligence, épurez vos sentiments, rapprochez-vous les uns des autres, formez des associations industrielles ou charitables, unissez vos efforts pour le bien individuel comme pour le bien général ; obéissez à vos tendances, accomplissez vos destinées selon vos facultés, vos vues, votre prévoyance. Les droits de propriété seront strictement protégés. Mais il faut tenir compte des obstacles de tout genre que cette force rencontre sur son chemin. La directive définit le rôle du gouvernement : assurer la régulation macroéconomique, contrôler la stabilité du système financier et organiser la production des biens et services publics dans le respect de la loi. Il faut donc que cette idée surgisse dans son esprit par suite de circonstances accidentelles ; si elle ne surgit pas, l’animal pourra mourir de faim au milieu de l’abondance. Les régulateurs quant à eux semblent en retard d’une bataille. Pourquoi ? Les galeries ne sont pas des entités obscures et fermées incapables de changement face à une so-ciété en mouvement. Si les échanges entre l’Allemagne et l’Angleterre augmentent de façon importante, l’énergie produite par les renouvelables allemands à coût marginal nul fera baisser le prix de marché de l’électricité en Angleterre.

Share This: