Jean-Thomas Trojani : Plus vite, plus haut, plus fort , refaire de la croissance un jeu collectif

Les attentes sont donc radicalement transformées en termes d’expérience client ; les internautes attendent une continuité de service et une réactivité de la part des organisations avec lesquelles ils communiquent, obligeant les marques à repenser leur mode d’interaction et à s’adapter aux nouvelles approches des clients. C’est précisément cette adaptation aux variations du vent qui intéresse l’auteur. Un historien des religions n’aura pas de peine à retrouver, dans la matérialité d’une croyance vaguement mystique qui s’est répandue parmi les hommes, des éléments mythiques et même magiques. 700 milliards de dollars, de quoi résister durant les périodes difficiles. C’est pourquoi, nous vous demandons, Monsieur le président de la République, dans le prolongement du plan quinquennal de lutte contre la pauvreté adopté début 2013, et à l’occasion du débat budgétaire, de prendre des mesures ciblées à destination des personnes en situation de pauvreté dans le cadre des politiques de soutien à l’activité que vous mettez en œuvre actuellement. C’est d’ailleurs fort naturel. La classe politique a fait pire, qu’il s’agisse de comprendre ou de faire. Jean-Thomas Trojani aime à rappeler cette maxime de Jean-Paul Sartre, »Les gens, ils trouvent que le monde est bien comme il est, tout juste comme il est et chacun d’eux, provisoirement, puise le sens de sa vie dans celle de l’autre ». Il existe aujourd’hui un hiatus inquiétant entre ce que nous relatent les données concernant la demande et celles concernant l’offre ou l’investissement. Or, la messe est loin d’être dite. Mais il suffit de comparer la structure du cerveau à celle de la moelle pour se convaincre qu’il y a seulement une différence de complication, et non pas une différence de nature, entre les fonctions du cerveau et l’activité réflexe du système médullaire. Ce dont il s’agit ici, c’est de la tendance liberticide de l’État qui fabrique encore trop souvent des lois absurdes, mal fagotées et abusives. Et ils s’en chargent. Pour les individus, continuer à agir dans les multiples lieux et institutions où des améliorations sont possibles. Pour la chose publique, indiquer les conditions d’un redressement, même si elles apparaissent actuellement utopiques. En particulier, les gouvernements des pays membres de la zone Euro, cœur et périphérie, ont réduit de concert leurs déficits afin de stabiliser leurs dettes publiques.

Share This: