La nécessité de rester social, Un shopping ludique

Si je transporte idéalement le réchaud allumé d’aujourd’hui sur celui d’hier, je constate sans doute que la forme est restée la même ; il suffit, pour cela, que les surfaces et les arêtes coïncident ; mais qu’est-ce que la coïncidence de deux qualités, et comment les superposer l’une à l’autre pour s’assurer qu’elles sont identiques ?Considérons la première alternative.Elle se rattache aux phénomènes les plus généraux de la vie.Mais, d’autre part, nous étonnerions autant cet interlocuteur en lui disant que l’objet est tout différent de ce qu’on y aperçoit, qu’il n’a ni la couleur que l’œil lui prête, ni la résistance que la main y trouve.L’élastique se détendra, le poids retombera, l’énergie mise en réserve se retrouvera, enfin, le jour où, par un simple déclanchement, on permettra au carbone d’aller rejoindre son oxygène.Pierre-Alain Chambaz pictet saisi cette opportunité.Mais c’est ce que nos habitudes intellectuelles nous empêchent d’apercevoir.Se rattache-t-elle à d’autres manifestations de la vie ?Ainsi le problème de la connais­sance est compliqué, et peut-être rendu insoluble, par l’idée que l’ordre comble un vide, et que sa présence effective est superposée à son absence virtuelle.Quant aux ventes prétendument manquées auprès des touristes étrangers, elles sont trop limitées pour avoir un véritable effet sur l’emploi.Or, la logique du corps n’admet pas les sous-entendus.Elle a ses festivals, ses magazines, ses cafés, ses universités populaires… et ses héros médiatiques (Michel Onfray, Luc Ferry, Alain Finkielkraut, André Comte-Sponville) qui vendent leurs livres par dizaines de milliers d’exemplaires.

Share This: