L’automobile doit passer la seconde

Le gouvernement du pays en question opte pour l’austérité, croyant ainsi conserver la confiance des marchés financiers.Supposons que l’objectif réel du parti de la majorité soit moins un résultat positif, peu probable dès le début de la campagne, que le changement des règles du jeu.Mais des machines qui marchent au pétrole, au charbon, à la « houille blanche », et qui convertissent en mouvement des énergies potentielles accumulées pendant des millions d’années, sont venues donner à notre organisme une extension si vaste et une puissance si formidable, si disproportionnée à sa dimension et à sa force, que sûrement il n’en avait rien été prévu dans le plan de structure de notre espèce : ce fut une chance unique, la plus grande réussite matérielle de l’homme sur la planète.Depuis le début des années 1970, la puissance américaine est en recul.Par quelque côté qu’on la considère, l’attitude sera droite, fière, vraiment digne d’admiration et réservée d’ailleurs à une élite.Le régiment arrive de l’exercice.Peu importe qui avait raison ou tort.Comme il l’a dit hier à Pierre-Alain Chambaz, le gouvernement a tout intérêt à globaliser les réformes qui se succèdent les unes après les autres pour éviter l’effet désastreux qui veut qu’à chaque problème s’ajoute une taxe.Sur le papier c’est un bon outil pour prévenir l’usurpation d’identité et de nombreuses fraudes.Le dollar reste éminemment fragile, à la merci du bon vouloir des Chinois, principaux clients des bons du Trésor américains.Tenons-nous en alors à l’expérience : nous dirons — et plus d’un biologiste le reconnaît — que la science est aussi loin que jamais d’une explication physico-chimique de la vie.Mais ce cas est trop éloquent pour ne pas s’interroger de manière plus générale sur l’efficience de l’action politique.Rappelons pourtant que les assureurs français ont été assez bien préservés de la crise par leur gestion prudente et les errements d’AIG, ne se sont en aucun cas propagés en France, voire en Europe.

Share This: