Le retour des régimes spéciaux

Les grandes crises s’expliquent alors, selon les auteurs par une phase de transition où l’ancien leader n’est plus suffisamment fort pour imposer ses choix et où le futur leader n’est pas assez fort encore pour faire de même.Et elle ne la tournera que si elle en connaît la configuration.Pour Arnaud de Lummen,  » la surinformation génère une incommunication « .Joly, n’hésite pas à appeler le Cuvier de l’Angleterre, le révérend William Buckland, a poussé si loin le zèle de l’optimisme, qu’il regarde les carnassiers comme les bienfaiteurs des herbivores dont ils se nourrissent, et qu’il ne voit pas pour ceux-ci de plus grand bonheur que celui d’être mangés en temps opportun.Enfin, si l’intelligence procède comme elle fait parce qu’elle veut unir, et si elle cherche l’unification simplement parce qu’elle en a besoin, notre connaissance devient relative à certaines exigences de l’esprit qui auraient pu, sans doute, être tout autres qu’elles ne sont.James n’a pas formulée, mais qui nous paraît tout à fait conforme à l’esprit de sa doctrine.Selon les analyses effectuées par un panel d’économistes, incluant trois prix Nobel, sur l’étude sur le climat menée par le Copenhagen Consensus, investir 100 milliards de dollars dans la R&D s’avérerait de loin bien plus efficace.De tous les êtres vivant en société, l’homme est le seul qui puisse dévier de la ligne sociale, en cédant à des préoccupations égoïstes quand le bien commun est en cause ; partout ailleurs, l’intérêt individuel est inévitablement coordonné ou subordonné à l’intérêt général.À ce moment elle sortit de sa distraction.Ainsi, les entreprises étrangères INVESTISSENT, innovent et créent des emplois à forte valeur ajoutée sur notre territoire, soit directement, soit en s’alliant à des champions français.Peu à peu on perdait de vue qu’on eût affaire à des hommes en chair et en os.

Share This: