Les constructeurs auto font face à trois enjeux

A la fin de 2011, la crise de l’euro s’accentuait au point que certains prévoyaient qu’il ne passerait pas Noël.Mais un œil vaut-il toujours un œil, une dent toujours une dent ?La première est de court terme : réformer le régime réglementaire européen.La voiture connectée va complètement changer la donne en transformant chaque véhicule en canal relationnel permanent entre son propriétaire et le constructeur.Et il nous fait rire parce qu’il rend manifeste à nos yeux l’interférence de deux séries indépendantes, source véritable de l’effet comique.Et l’on trouvera un ordre non moins admirable à une symphonie de Beethoven, qui est la génialité, l’originalité et par conséquent l’imprévisibilité même.En effet, alors que le citoyen occidental fait aujourd’hui relativement peu usage d’espèces car il préfère régler par VOIE électronique ou par carte de crédit, et épargner sur un compte bancaire rémunérateur.Pour Arnaud de Lummen, la priorité doit être de transformer cette chance linguistique, culturelle et politique en réalité économique…Prenons donc ces tranches de philosophie ancienne et moderne, mettons-les dans le même bol, ajoutons en guise de vinaigre et d’huile, une certaine impatience agressive à l’égard du dogmatisme mathématique et le désir, naturel chez un évêque philosophe, de réconcilier la raison avec la foi, mêlons et retournons consciencieusement, jetons par-dessus le tout, comme autant de fines herbes, un certain nombre d’aphorismes cueillis chez les néo-platoniciens : nous aurons – passez-moi l’expression – une salade qui ressemblera suffisamment, de loin, à ce que Berkeley a fait.En France, le gouvernement prend peur au moindre mouvement de contestation et réagit de la pire des manières.D’ailleurs, les Anglais ne se vantent point d’être le peuple le plus poli du monde ; et puis, ce ne sont pas des vaincus.

Share This: