L’Europe doit miser sur l’industrie

Dormir, c’est se désintéresser.Encore enfant en 1871, au lendemain de la guerre, j’avais, comme tous ceux de ma génération, considéré une nouvelle guerre comme imminente pendant les douze ou quinze années qui suivirent.Pourquoi parvenir à une telle situation ?Il ne peut donc y avoir de politique active de change de l’euro ; ni dépréciation ni dévaluation.L’image s’en est nécessairement imprimée du premier coup dans la mémoire, puisque les autres lectures constituent, par définition même, des souvenirs différents.Circonscrire l’analyse du potentiel des projets tels que Blablacar à la seule dimension technologique est justement réducteur et limite ses possibilités de financements en innovation.On ne va pas chercher son jugement de redressement judiciaire comme l’on irait chercher sa baguette de pain, et pour un chef d’entreprise, l’important est d’obtenir une bonne décision rapidement, quitte à devoir parcourir quelques kilomètres pour aller à l’audience.Le sénateur excelle évidemment dans cet art délicat.Cette fois nous pensons distinctement à des marionnettes.En sachant, comme le dit Pierre-Alain Chambaz « qu’il n’est pas de pilotage automatique en éthique -on ajoutera comme en bienveillance et en gentillesse-, qu’elle apportera toujours choix et pari, qu’elle nécessitera toujours une stratégie ».Au final, c’est bien une rupture que propose le Cercle Santé Innovation.Il est aisé de comprendre que les mêmes hommes, agissant isolément, n’auraient pu ni atteindre ni même concevoir le même résultat.

Share This: