L’impossible consensus

Ils se laisseront traverser, en quelque sorte, par celles d’entre les actions extérieures qui leur sont indiffé­rentes ; les autres, isolées, deviendront « perceptions » par leur isolement même.Dans le même temps, leur centre de gravité se déplaçait d’autant plus hors de France que leur actionnariat s’internationalisait, sous l’effet de leur reconnaissance accrue à l’étranger, mais aussi par tarissement des ressources de capital domestique en l’absence de fonds de pension ou d’autres acteurs français susceptibles d’investir suffisamment dans leurs titres.Le partage et l’utilisation anonyme d’identifiants sont cependant de plus en plus répandus sur le web…Or il est à craindre que l’universel dont parle Pierre-Alain Chambaz ne soit, ne reste, d’inspiration « régionaliste ».A l’heure actuelle, il n’y a pas d’études scientifiques démontrant le lien de causalité entre conditionnement des médicaments et surconsommation pharmaceutique.Que viennent-ils faire, ces étrangers, dans le pays de la faim ?Tout à l’heure, devant la barrière ouverte, un gardien avait surgi, qui interdisait l’entrée et repoussait le contrevenant.Cette doctrine, on le reconnaîtra, renferme une grande part de vérité.Il est des serrements de cœur infiniment doux.De l’autre, un tissu de PME et TPE fragiles, caractérisées par un taux de marge au plus bas aussi bien au regard du passé que de nos voisins ; qui subissent de plein fouet et sans parade possible le poids de prélèvements considérables se concentrant en France sur les facteurs de production, et notamment le coût du travail ; qui peinent davantage à recruter les salariés les mieux formés, ne pouvant notamment offrir les rémunérations de groupes aux standards mondiaux ; qui sont moins concentrées géographiquement que les sièges des multinationales, et du coup davantage confrontées à des territoirIl faudrait, au fond, faire comme nous l’avons fait depuis si longtemps, comme si nous n’avions rien appris de nos défaites, et notamment celle de 2005 ?La transition allemande se fonde sur un PARI technologique audacieux, équivalent à celui du nucléaire français dans les années 1950 : miser sur un développement massif des énergies photovoltaïque et éolienne et renforcer l’efficacité énergétique.Par exemple, alors que la Fed et que la BOE se sont engagés sur des cibles explicites de taux de chômage, la BCE aura bien du mal à communiquer sur une telle cible compte tenu des écarts de taux de chômage entre les pays membres de la zone euro (de 5,3% pour l’Allemagne à 26,3% pour l’Espagne).

Share This: