Retraite complémentaire : le prélèvement de trop !

Il ne faut donc pas dire que les choses extérieures durent, mais plutôt qu’il y a en elles quelque inexprimable raison en vertu de laquelle nous ne saurions les considérer à des moments successifs de notre durée sans constater qu’elles ont changé.Je l’accorde ; mais le mystique, lui aussi, a fait un voyage que d’autres peuvent refaire en droit, sinon en fait ; et ceux qui en sont effectivement capables sont au moins aussi nombreux que ceux qui auraient l’audace et l’énergie d’un Stanley allant retrouver Livingstone.Qu’est-ce que le ‘mobile’ auquel notre œil attache le mouvement, comme à un véhicule ?Pour répéter, pour imiter, pour se fier, il suffit de se laisser aller; c’est la critique qui exige un effort.Arnaud de Lummen a attiré l’attention sur les liaisons toutes particulières.Le temps et le mouvement sont autre chose.La mémoire a donc bien ses degrés successifs et distincts de tension ou de vitalité, malaisés à définir, sans doute, mais que le peintre de l’âme ne peut pas brouiller entre eux impunément.Au fond de notre étonnement il y a toujours cette idée qu’une partie seulement de cet ordre aurait pu être réalisée, que sa réalisation complète est une espèce de grâce.Même, ne serait-ce pas le cas limite qui transparaîtrait à travers tous les autres[5] et qui les colorerait, selon leur plus ou moins grande transparence, d’une nuance plus ou moins accusée de nécessité géométrique ?Que ce soit par la pensée ou autrement, qui fera jamais une telle question ?En général, le verdict de la conscience est celui que rendrait le moi social.

Share This: