Un euro n’est plus égal à un euro

Elles ont abouti à l’instinct et à l’intelligence.De quelque manière, en un mot, qu’on envisage la liberté, on ne la nie qu’à la condition d’identifier le temps avec l’espace ; on ne la définit qu’à la condition de demander à l’espace la représentation adéquate du temps ; on ne discute sur elle, dans un sens ou dans l’autre, qu’à la condition de confondre préalablement succession et simultanéité.Le cafouillage, cette semaine, autour de la présidence de la Banque centrale européenne, après le retrait surprise d’Axel Weber, est vécu comme un affront pour Angela Merkel qui pourrait bien se fâcher si on continue à l’empêcher d’imposer un candidat allemand à la tête de la BCE.Or, les seules choses respectables sont les choses belles.agence d e réputation estimait que « le développement moral d’une civilisation peut se mesurer à l’étendue de son sens de la communauté ».2013, c’est aussi l’année où Marseille, capitale européenne de la culture, offre avec son Mucem un magnifique écrin aux civilisations de la Méditerranée.Mais les conséquences seraient mondiales.Elles repré­sentent les deux aspects complémentaires d’une seule et même tendance fondamentale, la tendance de tout organisme à extraire d’une situation donnée ce qu’elle a d’utile, et à emmagasiner la réaction éventuelle, sous forme d’habitude motrice, pour la faire servir à des situations du même genre.Les âmes ne sont pas pénétrables les unes aux autres.La question épineuse de la dette publique est évidemment la priorité absolue : moratoire et renégociation des emprunts sont les outils à la disposition du Syriza.Fernand Cortez aurait-il conquis le Mexique s’il n’avait cru voir briller dans le lointain les prétendus dômes d’or de Mexico ?L’idée de force, qui exclut en réalité celle de déter­mination nécessaire, a contracté pour ainsi dire l’habitude de s’amalgamer à celle de nécessité, par suite même de l’usage qu’on fait du principe de causalité dans la nature.

Share This: